jeudi 5 janvier 2012

Justice... ou pas !

Première exécution capitale au champ de Mars en 1857.

Certaines coutumes permettaient de soumettre une personne à l'épreuve de l'eau bouillante si elle était accusée :
- d'avoir mis le feu à la maison d'autrui
- d'avoir commis un incendie
- d'avoir commis un vol ou un homicide
Ces coutumes étaient certainement suivies à la fin du 13è, courant 14è siècle.

Une amende de 5 sous était infligée contre toute femme en ayant injuriée une autre. Si elle ne pouvait ou ne voulait pas payer, elle était contrainte de faire le tour de l'église (St Epvre), chargée d'une lourde pierre, et ce, sous les plaisanteries et les moqueries des passants et des spectateurs.

Le suicide était condamné comme un crime odieux, et le cadavre avait droit à un procès.

Des procès étaient effectués envers des animaux accusés d'avoir blessé ou tué un être humain, comme le procès d'un porc qui avait dévoré un jeune enfant ; ainsi, plus d'une 10ne d'exècution de porcs eurent lieu en Lorraine au XVIè.

La plupart des exécutions se déroulaient hors de la ville dans un lieu dit "Le Paquis" ; ce fut là qu'en 1574, un faux monnayeur fut jeté dans une chaudière d'huile bouillante.

1578 : Place St Epvre, exécution d'une femme étant accusée d'empoisennement sur son mari

1582/86 : Sorcières livrées aux flammes, au pied du pont de Malzéville.

1589 : Individu mis à mort devant l'église St Georges



Ça ne rigolait pas à l'époque !!!!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire